Santé

Risque de partager son lit avec un bébé

Des statistiques ont révélé que chaque année en France, entre 250 et 350 bébés décèdent de mort inattendue. Une récente étude examinant 7 595 cas de mort subite du nourrisson sur une période de 10 ans a révélé que près de 60 % des nourrissons décédés partageaient une surface de sommeil avec leurs parents au moment du décès. Ces nourrissons étaient généralement plus jeunes et étaient soit sous la garde d’un parent, soit sous la surveillance d’une personne aux facultés affaiblies par la drogue ou l’alcool.

Le chercheur Fern Hauck, expert en sommeil, souligne l’importance de mieux informer les familles sur les pratiques de sommeil sécuritaires pour réduire les risques de mort subite et inattendue du nourrisson. Il met en garde contre les pratiques de sommeil dangereuses, telles que le partage du lit avec les nourrissons, qui sont des facteurs de risque bien connus. Il insiste sur la nécessité d’accroître l’acceptation des recommandations visant à créer des environnements de sommeil plus sûrs pour les nourrissons.

Pour assurer un sommeil sûr pour les nourrissons, il est recommandé de les coucher sur le dos dans un lit au matelas ferme, sans aucun objet. Le partage du lit est identifié comme un facteur de risque indépendant, augmentant considérablement le risque de mort inattendue chez les nourrissons de moins de 3 mois. Il est donc crucial d’adopter des pratiques de sommeil sécuritaires pour protéger la vie des nourrissons.

Articles Liés