Santé

Méningite : virale ou bactérienne ?

Les premiers symptômes de la méningite sont fréquemment confondus à tort avec ceux de la grippe ou d’une gastroentérite. La méningite constitue une inflammation des méninges, les trois membranes qui entourent le système nerveux central composé du cerveau et de la moelle épinière. Bien que ce tissu soit normalement isolé de la circulation sanguine par la barrière hématoencéphalique, certaines entités pathogènes telles que les bactéries, les champignons et les virus parviennent à la franchir pour atteindre les méninges.

Il est important de noter que la barrière hématoencéphalique est une série de cellules qui bloque le sang au niveau du cerveau, assurant ainsi une protection contre les agents pathogènes, les toxines et les hormones présentes dans le sang. On distingue généralement deux types de méningite : la méningite virale et la méningite bactérienne.

Les méningites virales, les plus courantes (représentant 70% des cas), sont généralement bénignes. Elles touchent principalement les enfants, les jeunes adultes et les personnes immunodéprimées. Les symptômes comprennent de la fièvre, des maux de tête, des douleurs et une raideur au niveau du cou, des vomissements, des nausées, une diarrhée et de la fatigue. Après confirmation de l’origine virale par une ponction lombaire, le patient peut se rétablir chez lui, sauf les enfants et les personnes immunodéprimées qui peuvent nécessiter une hospitalisation, sans prescription d’antibiotiques en raison de la nature virale de l’infection.

D’autre part, les méningites bactériennes, moins fréquentes (25% des cas), peuvent être graves et mortelles dans 10% des cas malgré un traitement antibiotique approprié. Les méningites à méningocoques provoquent des épidémies avec environ 500 cas recensés chaque année, présentant une recrudescence en hiver et au printemps, affectant principalement les enfants et les adolescents. Les bactéries responsables incluent les méningocoques, les pneumocoques et les Haemophilus influenzae, la méningocoque (Neisseria Méningitis) étant la plus fréquemment identifiée.

Il est crucial de reconnaître rapidement les premiers signes de méningite bactérienne afin d’administrer un traitement antibiotique. Chez les adultes et souvent chez les personnes âgées, les premiers symptômes comprennent des maux de tête violents, une sensibilité à la lumière, de la fièvre, une raideur de la nuque, des courbatures, de la fatigue, des douleurs dans les jambes, une froideur aux extrémités, des tâches sous-cutanées rouges ou violacées, des douleurs abdominales, des nausées et/ou des vomissements.

Chez les nourrissons, des signes tels que la fièvre, un teint gris ou marbré, un changement de comportement avec une posture molle et un refus de s’alimenter peuvent être observés. En cas de doute, il est impératif de contacter immédiatement votre médecin.

À un stade avancé, la phase méningée s’installe, caractérisée par une forte raideur de la nuque, des maux de tête intenses, une altération de la conscience avec agitation et comportement incohérent, ainsi que des vomissements violents. Malgré les traitements, 10% des patients atteints de méningite bactérienne décèdent, tandis que 20% survivants présentent des séquelles graves telles que l’amputation, la cécité, la surdité ou des lésions cérébrales. Chez les enfants, la méningite peut entraîner des séquelles à long terme telles que des troubles psychomoteurs ou des difficultés d’apprentissage.

Articles Liés