Actualités

Délais post-fausse couche : nouvelles perspectives sur la conception rapide

Adieu aux recommandations de l’OMS concernant le délai nécessaire pour envisager une nouvelle grossesse après une fausse couche ! Une récente étude remet en question la nécessité d’attendre six mois avant de reprendre les “essais bébé”.

Le délai de six mois, préconisé pour réduire les risques de complications pour la mère et l’enfant après une fausse couche, a été établi en 2007 suite à une étude menée en Amérique latine par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette recommandation visait à minimiser les risques d’hémorragie, d’anémie, de rupture prématurée des membranes, de pré-éclampsie et de faible poids à la naissance, et s’appliquait à environ 15% des grossesses qui se terminent par une fausse couche.

Cependant, une nouvelle étude menée par des chercheurs norvégiens, publiée dans la revue Plos, apporte un éclairage différent. L’étude, basée sur l’analyse de 72 000 femmes ayant connu une fausse couche ou une interruption de grossesse entre 2008 et 2016, révèle que les femmes qui tombent enceintes moins de trois mois après une fausse couche présentent un risque moindre de diabète gestationnel et de bébés ayant un faible poids à la naissance par rapport à celles qui attendent entre six et onze mois. Pour les interruptions provoquées de grossesse, il existe un risque léger de faible poids à la naissance en cas de grossesse survenant moins de trois mois après l’interruption.

Les chercheurs concluent que le risque de complications n’est pas associé à une grossesse survenant avant le délai de six mois, et ils encouragent les autorités sanitaires à réévaluer leurs recommandations.

Articles Liés