ActualitésSanté

Suicide assisté pour les malades COVID 19

Une association médicale suisse a appelé mardi dernier, au suicide assisté pour les gens atteint du coronavirus Covid19. Les suisses donc doivent s’inscrire avant d’être contaminé, et en cas de contamination et nécessité de soin intensif, les médecins ont déjà leurs noms sur la fameuse liste comme une autorisation de mettre fin à leur vie. Dans le but de soulager la pression sur le secteur de la santé et les services de soin intensif.

Par ailleurs l’association des droits des personnes âgées a dénoncée qu’il est encore très tôt pour prendre une décision pareil alors que la deuxième vague de la Covid 19 vient de commencer en Suisse. Par contre les médecins suisses affirment sa nécessité, surtout au moment de la surcharge des services de réanimations et soins intensifs au niveau des hôpitaux.

En Italie, de hauts représentants des trois religions monothéistes – christianisme, judaïsme et islam – ont signé et remis au pape François lundi un document dans lequel elles se prononcent fermement contre l’euthanasie et le suicide assisté qui sont intrinsèquement et moralement répréhensibles.

« Ces pratiques doivent être interdites sans exception et toute pression ou action sur des patients pour les inviter à mettre fin à leur propre vie est catégoriquement rejetée », indique le Document sur la fin de vie des religions abrahamiques monothéistes.

Le document autorise aussi l’objection de conscience pour le personnel sanitaire de tous les hôpitaux et cliniques Ce droit qui doit être universellement respecté, reste valable même lorsque ce type d’actes ont été déclarés légaux au niveau local ou pour certaines catégories de personnes. En Italie, la Cour constitutionnelle a récemment dépénalisé le suicide assisté dans certaines conditions strictes tout en demandant au parlement de légiférer sur le vide juridique existant. Le Document encourage «une présence qualifiée et professionnelle dans les soins palliatifs, partout et accessible à tout le monde».

«Même lorsqu’éloigner la mort est un poids difficile à supporter, nous sommes moralement et religieusement engagés à fournir un réconfort, un soulagement à la douleur, une proximité et une assistance spirituelle à la personne mourante et à sa famille», selon le Document.

Estimant que «la vie mérite d’être soutenue jusqu’à sa fin naturelle», les trois religions promettent de «soutenir les lois et politiques publiques qui protègent le droit et la dignité des patients en phase terminale pour éviter l’euthanasie et promouvoir les soins palliatifs».

Articles Liés

Laisser un commentaire